Click here for the Labmaqual project
Wie zijn wij Onderzoeksthema Contact Nieuws Publicaties
 
Paris Conference

Leonardo da Vinci

 

Projet Labmaqual

 

Evaluation de la Qualité de la relation Formation – Emploi

dans l'enseignement supérieur professionnel court en France et en Europe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conférence de valorisation

des résultats du programme

 

 

 

 

 

 

 

 

12 juin 2003

 

Paris

Maison des universités, 103 boulevard Saint-Michel

 

 

 

 

Theo Reubsaet (REVICE, Nijmegen, NL), coordinateur

 

Anne Caillaud, Comité de Coordination des Programmes Régionaux de Formation Professionnelle

Pierre Dubois, Université de Marne-la-Vallée, OFIPE

Philippe Mehaut, Centre d'Etudes et de Recherches sur les Qualifications

Béatrice Tessier, Mouvement des Employeurs de France


 

 

La conférence se propose de faire débattre des questions suivantes :

 

Comment se construit la relation entre la formation et l'emploi

pour les DUT et les licences professionnelles?

 

Qui l'élabore? Comment est-elle évaluée?

 

Quels sont les enjeux pour les années à venir ?

 

 

 

8H45. Accueil

 

 

9 H 15 – 10 H. Les principaux résultats du programme

 

Présentation. Theo Reubsaet, coordinateur du programme (intervention en anglais)

 

Mise en perspective de la situation française par rapport à celle des 4 autres pays.

 

10 H – 10 H 45. Evaluer la qualité de la relation formation – emploi dans les DUT et les licences professionnelles : résultats des enquêtes

 

Présentation des résultats. Pierre Dubois (UMLV).

Animation du débat. Anne Caillaud (CCPR)

 

L'habilitation des diplômes est une procédure longue, lourde, rigoureuse et sélective (toutes les projets ne sont pas habilités). Elle mobilise des experts au niveau national. La pertinence du diplôme pour le marché du travail est-elle pour eux un point crucial? Quels en sont les critères? Quels moyens utilisent-ils pour vérifier l'exactitude des informations figurant dans les dossiers de demandes d'habilitation? D'autres critères entrent-ils en ligne de compte?

 

Les diplômes habilités font l'objet d'évaluations externes : évaluations du Comité national d'évaluation, enquêtes nationales du CEREQ sur le devenir professionnel des diplômés, bilan de la réalisation des objectifs inscrits dans les contrat quadriennaux, investigations du comité national de suivi de la licence professionnelle, premières évaluations nationales des IUT et des DUT, évaluations du Comité de coordination des programmes régionaux de formation professionnelle, enquête IFOP auprès des chefs d'entreprise. Ces évaluations nationales ont-elles des conséquences et lesquelles? Les évaluations internes sont inégalement développées et en particulier les pratiques d'auto-évaluation dans le champ de la qualité de la relation formation – emploi. Quels indicateurs peuvent être construits, au niveau local, pour évaluer la qualité de la relation formation - emploi? Indicateurs pour les étudiants, les élus, les employeurs?

 

10 H 45 – 11 H. Pause-café

 

11 H – 11 H 45. La prospective des emplois : résultats des enquêtes

 

Présentation des résultats. Pierre Dubois et Victor Lepaux (UMLV).

Animation du débat. Béatrice Tessier (MEDEF)

 

L'adaptation du contenu des diplômes professionnels aux demandes de l'économie et l'estimation de ses besoins futurs en terme d'offres d'emploi représentent un exercice difficile, en particulier au niveau local.

 

Gérer les flux d'entrée dans un DUT ou dans une licence professionnelle est un exercice  difficile si le responsable de la formation s'interroge sur la capacité d'absorption du marché du travail à terme. Comment rendre certains diplômes professionnels industriels plus attractifs? Comment optimiser les flux d'entrants? Quel rôle peuvent jouer les Observatoires régionaux de l'emploi et de la formation, les observatoires sectoriels? Exemple du DUT Génie civil de l'université de Reims Champagne Ardennes.

 

La prospective ne doit pas oublier les stratégies des diplômés professionnels. Cherchent-ils immédiatement un emploi dès leur diplôme obtenu ou poursuivent-ils des études? Présentation des résultats des enquêtes sur le devenir des diplômés de DUT (enquête 2002) et de licence professionnelle (enquête 2003) de l'université de Marne-la-Vallée.

 

La prospective ne doit pas oublier non plus les comportements des entreprises qui recrutent. Comment sont-elles associées à la conception et au suivi des diplômes? Sont-elles satisfaites des compétences des diplômés et des stagiaires de DUT? Quelles sont leurs stratégies de recrutement? Présentation des résultas de l'enquête auprès de 100 entreprises.

 

Enfin, la nomenclature des niveaux de formation, conçue en 1965 par le Commissariat au plan et institutionnalisée en 1969, va devenir obsolète avec la mise en œuvre progressive de la réforme LMD. Pour la faire évoluer, quel rôle peuvent jouer les acteurs du Répertoire national des certifications professionnelles?

 

 

11 H 45 – 13 H. Table ronde : les stratégies des universités en matière d'évaluation de la qualité de la relation formation-emploi

 

Intervenants :

Guy Delabre, directeur de l'IUT de Reims

Patrick Franjou, chargé des relations internationales, CPU

Yves Lichtenberger, président de l'université de Marne-la-Vallée

Gérard Mary, président de l'université de Reims Champagne-Ardennes

Dominique Présent, directeur du département SRC, IUT de Marne-la-Vallée

 

13 H – 14 H : déjeuner sur place

 

 

 

14 H – 16 H 15. Table ronde : trois enjeux

 

Président de la table ronde : Philippe Méhaut, directeur-adjoint du CEREQ

 

Intervenants :

Michèle Baracat, CGT, membre de la commission nationale d'expertise de la LP

Patrick Brunier, MEDEF, membre de la commission nationale d'expertise de la LP

Yves Escoufier, président du comité de suivi de la licence professionnelle (LP)

Michel Feutrie, Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP)

Jean-Paul Géhin, président du groupe d'experts auprès du CCPR

Coline Rigal, construction du schéma régional "LP", région Midi-Pyrénées

René Tijou, MEDEF, responsable du groupe projet "alternance"

 

 

Dans le contexte de la mise en place des nouveaux cursus de "licence" et de "master", du développement de nouveaux diplômes professionnels (dont la licence professionnelle) et d'une professionnalisation accrue des études, d'une procédure d'habilitation contestée par personne, de la mise en place du répertoire national des certifications professionnelles, de la diffusion des évaluations externes et internes des institutions d'enseignement supérieur et de leurs formations, du transfert aux régions des compétences en matière de formation professionnelle et de la création de nouvelles instances régionales de concertation, trois enjeux pour les années à venir doivent être débattus.

 

ü      Quel renforcement des évaluations? Quels enseignements retirer des pratiques des pays étrangers et, par exemple, de la certification ISO obtenue par l'IUT de Reims pour son secteur de formation professionnelle continue et recherchée pour tel ou tel de ses départements?

 

ü      Quelles voies possibles pour la professionnalisation de davantage de formations universitaires? Comment associer les partenaires économiques à ce développement? Quelle extension des dispositifs de formation en alternance? Et quels dispositifs nouveaux d'accueil, d'information et d'orientation des étudiants mettre en œuvre dans ce contexte?

 

ü      Comment établir la carte des formations professionnelles et comment faire évoluer le contenu de celles-ci? Quels rôles pour l'Etat, pour les régions, pour les partenaires économiques? Quels rôles accorder au PRDF (plan régional de développement de la formation) et aux CCREFP (comités de coordination régionaux de l'emploi et de la formation professionnelle)? Comment conjuguer l'intervention des territoires et des branches professionnelles?

 

 

 

16 H 15 – 16 H 45. Recommandations et perspectives de recherche

 

Intervenants :

Anne Caillaud, Pierre Dubois, Philippe Méhaut, Theo Reubsaet, Béatrice Tessier